Tapez votre recherche ici

Alors que l’épidémie observe une lente décrue, le Président de la République a détaillé les trois grandes étapes à venir.

Au 28 novembre

À compter de cette date, le confinement sera allégé et les changements suivants s’appliqueront :

  • les sorties qui étaient jusqu’alors limitées à un rayon d’un kilomètre pour une durée d’une heure pourront s’effectuer dans un rayon de 20 kilomètres et pour une durée de trois heures ;
  • les activités extra-scolaires en plein-air pourront reprendre ;
  • les offices religieux seront autorisés ;
  • les commerces et les services à domiciles pourront reprendre leurs activités jusqu’à 21h, ainsi que les auto-écoles et les agences immobilières.
Au 15 décembre

Si les objectifs sanitaires sont atteints, le confinement sera levé le 15 décembre. Un couvre-feu s’appliquera de 21h à 7h, à l’exception des 24 et 31 décembre. Les déplacements pourront se faire librement et l’attestation de déplacement ne sera plus obligatoire en dehors des horaires de couvre-feu.

Les cinémas, les théâtres et les musées pourront rouvrir et les activités extra-scolaires en intérieur pourront reprendre. Les grands rassemblements resteront interdits, comme les fêtes dans les salles à louer.

Il conviendra d’observer la plus grande prudence lors des rassemblements privés.

Le télétravail reste la règle.

Au 20 janvier

Au 20 janvier, si le nombre de nouveaux cas reste inférieur à 5 000 par jour, les salles de sport et les restaurants rouvriront, le couvre-feu sera levé, les cours des lycées reprendront intégralement en présentiel.

Sur le plan sanitaire

Le Président de la République a également demandé au Parlement de débattre d’éventuelles conditions d’isolement plus strictes des personnes contaminées.

Il a également détaillé la stratégie de la France s’agissant de la vaccination. Elle repose sur plusieurs vaccins et est coordonnée à l’échelle européenne. Lorsque le comité sanitaire aura approuvé un ou des vaccins, un comité scientifique suivra chaque étape du déploiement. Il sera associé à un collectif de citoyens. Une campagne de vaccination massive sera mise en œuvre, dans un cadre clair et transparent, sans qu’elle soit rendue obligatoire.

De nouvelles aides

Le Fonds de solidarité évolue. Pour les entreprises qui le souhaitent, une aide mensuelle correspondant à 20% du chiffre d’affaires de 2019 pourra être versée si cette option est plus avantageuse que les 10 000€.

Les entreprises qui ne sont pas administrativement fermées mais dont l’activité est directement impactée par les mesures sanitaires pourront bénéficier de ce nouveau fonds de solidarité, dès lors que leur chiffre d’affaires s’est réduit d’au moins de moitié, avec un niveau d’aide qui se situera entre 15 et 20 %, selon le niveau de baisse de chiffre d’affaires qu’elles ont subi.

Pour tous les salariés, qui l’année dernière travaillaient beaucoup en alternant des contrats courts et des périodes de chômage dans des secteurs aujourd’hui totalement sinistrés par la crise, une garantie de ressources de 900 euros par mois est assurée à compter du 1er novembre et jusqu’en février 2021.

Cette mesure concerne 400 000 « extras » de la restauration, les permittents de l’évènementiel ou d’autres secteurs, inscrits à Pôle emploi, qui ont vu cette année leurs revenus baisser drastiquement.

La raréfaction des petits jobs accroit le risque de précarité pour les étudiants. 20 000 jobs étudiants, dont la mission sera de venir en soutien des étudiants décrocheurs, vont être créés. Ces contrats seront passés par les universités pour une durée de 4 mois à raison de 10 heures par semaine. Cela représentera un investissement de l’État de 50 millions d’euros.

Pendant la période de crise, le budget alloué aux CROUS pour verser des aides financières d’urgence à des étudiants en situation de précarité sera doublé. Ce soutien aidera ainsi 45 000 jeunes supplémentaires à se loger et à se nourrir. Il représentera un coût de 56 millions d’euros sur les prochains mois.

Alors que la stratégie « 1 jeune 1 solution » lancée en juillet dernier offre un plan massif de soutien à l’insertion des jeunes, dès l’année prochaine, le nombre de bénéficiaires de la Garantie jeunes sera doublé pour passer de 100 000 à 200 000. Un dispositif spécifiquement dédié aux jeunes diplômés est actuellement en cours d’élaboration avec Pôle Emploi et l’APEC.

+
-

Nous utilisons des cookies pour vous proposer une meilleure expérience de navigation, des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêts, pour en savoir plus consultez .

Réglages des cookies

Ci-dessous, vous pouvez choisir quels types de cookies vous souhaitez accepter sur notre site internet. Cliquer sur le bouton "Enregistrer les réglages" pour appliquer vos préférences.

FonctionnelsCes cookies sont nécessaires et garantissent le bon fonctionnement ainsi que l'optimisation de notre site internet.

AnalytiquesCes cookies permettent d’obtenir des statistiques de fréquentation de notre site internet afin d’optimiser son ergonomie, sa navigation et ses contenus.

Réseaux sociauxNotre site internet peut utiliser des cookies liés aux réseaux sociaux pour vous montrer du contenu tiers comme YouTube et Facebook. Ces cookies permettent d’interagir depuis notre site internet et de partager les contenus du site, lorsque vous cliquez sur les modules "Partager" de Facebook, par exemple. En désactivant ces cookies, vous ne pourrez plus partager les articles de notre site sur les réseaux sociaux.

PublicitéCes cookies peuvent permettre à notre site internet de vous présenter des publicités plus pertinentes et adaptées à vos centres d’intérêt en fonction de votre navigation sur le web. En désactivant ces cookies, des publicités sans lien avec vos centres d’intérêt supposés vous seront proposées sur notre site.

AutreNotre site internet peut utiliser des cookies tiers provenant d'autres services qui ne sont pas de type analytique, social ou publicitaire.