Tapez votre recherche ici

La santé a été placée « en haut » de l’agenda par la pandémie de COVID-19, tant du point de vue des politiques publiques, de l’économie, des relations internationales, des priorités budgétaires que dans la vie quotidienne de nos concitoyens.

Le numérique a, pour sa part, pris au cours de l’année qui vient de s’écouler une place de plus en plus importante notamment en matière de prévention, d’accès aux soins ou d’épidémiologie. Il a souvent été au cœur du débat de la gestion de crise, des libertés publiques, de la souveraineté, de la protection de la vie privée, de l’anticipation et de l’évaluation des politiques publiques.

Pour cette nouvelle édition des journées d’échanges « Dialoguer pour Agir » que j’ai lancées l’année dernière, il m’a paru important de nouer les deux thématiques, en dépassant le seul sujet de la crise sanitaire que nous avons traversée.

J’ai souhaité donner de la profondeur de champ aux questions plus globales de politiques de santé publique, d’initiatives et d’innovations portées par des acteurs et des structures d’horizons variés, issus de la société civile, de la démocratie sociale, des collectivités, du monde académique ou de celui des professionnels de santé.

En comprenant mieux ce qui est à notre disposition et ce qui anime nos semblables, chacun, à son niveau, peut accompagner et promouvoir la santé, la qualité de vie, la compréhension et la confiance de nos concitoyens, au-delà des crises.

Retrouvez mon discours de clôture ci-après et la restitution des atelier en suivant ce lien.

+
-