« L’avenir de la France passe par une dynamisation de l’Europe » : mes échanges avec Renaud Blanc sur Radio Classique

J’étais invité ce matin par Renaud Blanc dans la matinale de Radio Classique.

Sur les élections européennes :

« L’enjeu, lorsqu’on porte un projet, c’est de le porter le plus haut possible et donc d’arriver en tête à l’issue de ces élections. Je suis de ceux qui pensent qu’il faut passer le plus de temps possible à porter son projet et ne pas perdre de temps à parler de celui des autres. »

Sur le glyphosate :

« Je viens d’un terroir paysan. J’habite une commune de 700 habitants, mes voisins sont paysans. Personne n’aime le glyphosate ! Les agriculteurs eux-mêmes n’aiment pas le glyphosate, parce qu’ils savent évidemment que c’est un produit nocif, d’ailleurs ils en utilisent très peu, et ensuite c’est très cher. Donc ça fait plusieurs raisons pour ne pas aimer le glyphosate. L’Europe avait l’intention de l’autoriser pendant quinze ans à nouveau. Le Président de la République s’est battu pour que, précisément, ce soit réduit à cinq années, au prix d’une négociation importante. Il a dit que s’agissant de la France, nous allons viser l’objectif de trois ans. Donc sur ce thème-là, l’Européen le plus écolo sur cette question du glyphosate, sans conteste ça a été le Président Macron. »

Sur le remaniement :

« On ne construit pas un gouvernement au rythme de la seule impatience des médias. »

Sur les manifestations du samedi :

« Nous allons, à l’Assemblée nationale, nous saisir de cette question par des missions d’information, pour mettre au clair ce que ces émeutes à répétition ont coûté non seulement à l’économie de notre pays, mais aux femmes et aux hommes de notre pays, car les Français ont besoin de connaître la vérité. »

Retrouvez l’intégralité de nos échanges :

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*