Bourdin Direct : « Chacun doit prendre la mesure de ses propos »

J’étais ce matin l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur le plateau de BFM TV et RMC.

Sur le rassemblement contre l’antisémitisme :

« Tous les élus de la Nation, d’où qu’ils viennent, doivent se rassembler avec le peuple français, partout en France, pour dire que l’antisémitisme est une insanité abjecte et que nous ne voulons pas la tolérer sur notre sol et dans notre République. »

Sur la proposition de reconnaître l’antisionisme comme antisémitisme :

« Notre arsenal législatif est tout à fait au point pour lutter contre ce mal. Il y a ensuite un enjeu d’éducation, de formation, de partage de l’histoire, pour faire en sorte que les jeunes générations puissent bien mesurer de quoi il s’agit. »

« J’appelle à la prudence et à la réflexion très approfondie. »

Sur les débordements constatés ces dernières semaines :

« Il faut appeler toutes celles et tous ceux qui, le samedi, manifestent avec le fameux gilet jaune, pour dire : ne laissez pas votre initiative se faire souiller par des individus qui donnent à voir des violences et des expressions antisémites, qui ne recouvrent pas la sincérité de celles et ceux qui, au départ, ont voulu exprimer des revendications et des colères. »

« Je le sens sur le terrain, il y a un certain nombre de compatriotes qui commencent à en avoir ras le bol, à en avoir marre, à être irrités. Songez que plus de 70 000 demandes de chômage partiel ont été faites parce qu’un certain nombre de commerces ne fonctionne plus, que des commerçants ont peur, que des passants ne vont plus dans les centres-villes. On ne peut pas laisser se développer une division haineuse entre Français. »

Sur le Grand débat national :

« L’entrée dans le Grand débat est réussie ! Aujourd’hui, on constate qu’il y a des milliers de réunions qui ont lieu, des centaines de milliers de Français qui viennent donner leur point de vue, que les contributions atteignent bientôt le million. Les Français aiment la politique ! Ils n’aiment peut-être pas les politiques, mais ils aiment la politique : ils aiment donner leur avis sur l’organisation de la société, sur la répartition des richesses, etc. »

« Le Premier Ministre était vendredi avec moi à Plomodiern, pour un grand débat. Il y a ce partage des complexités, il y a des discussions très approfondies. Les Français savent très bien qu’ils ont des propositions à formuler, mais qu’elles ne sont pas déconnectées de la réalité. »

Retrouvez nos échanges en suivant ce lien.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*