« Gilets jaunes : que l’on sache à qui parler » – Mon interview au Télégramme

J’ai répondu hier soir aux questions de Dimitri L’hours, journaliste au Télégramme à Châteaulin.

« Mes responsabilités m’obligent, en temps de crise, à rester à l’Assemblée nationale. Je suis en contact permanent avec le préfet et la sous-préfète et suis parfaitement informé des événements en cours. J’ajoute que ma permanence est ouverte et que Laetitia Dolliou est en contact régulier avec certains manifestants. Moi-même, je me suis entretenu avec plusieurs d’entre eux au téléphone. »

« J’ai fait partie de ceux qui, dès le départ, ont demandé un dialogue et à ce qu’ils se dotent de représentants. »

« C’est douloureux de voir les Français se livrer à de telles violences les uns contre les autres, contre les policiers ou contre les symboles comme Marianne ou l’Arc de Triomphe. […] Il faut que la sécurité revienne, que ce climat de violence cesse et je constate que de nombreux concitoyens s’expriment en ce sens. »

Retrouvez nos échanges en cliquant ici.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*