Transports en Bretagne : après les choix, place aux actes !

En janvier dernier, au côté de la ministre des Transports Elisabeth Borne sur le chantier de la mise à 2×2 voies de la RN 164.

Parmi les nombreuses annonces fortes pour la Bretagne annoncées par le Président de la République lors de son discours du 21 juin dernier à Quimper, la priorité a été mise sur les investissements en matière de transports.

La ministre des Transports Elisabeth Borne a présenté la semaine dernière le détail de la traduction concrète de ces engagements, dans le cadre de la prochaine Loi d’Orientation des Mobilités (LOM), débattue à partir de février à l’Assemblée nationale.

Les crédits pour la Bretagne augmentent ainsi de 50%, portant l’enveloppe totale à 463 millions € pour la période 2018-2022 :

  • 1 million € pour les grands projets routiers ;
  • 15 millions € pour les grands projets ferroviaires ;
  • 144 millions € au titre du Contrat de Plan État-Région ;
  • 236 millions € pour la rénovation du réseau existant ;
  • 50 millions € pour les transports du quotidien ;
  • 17 millions € pour les autres chantiers (fret, ports, mises aux normes…).

Un accent spécifique a été mis sur la mise à 2×2 voies de la RN 164, afin que les travaux soient entrepris sur tout le linéaire d’ici à 2020, volet du Pacte d’Avenir pour la Bretagne que nous nous sommes engagés à tenir.

Alors qu’au total, 236 millions € y seront dédiés sur la période 2018-2022, l’État prévoit d’amplifier et de poursuivre cet effort inédit, grâce :

  • à une dotation spécifique de 15 millions € par an sur 2019-2022 ;
  • au maintien de cette même augmentation de 50% à la prochaine contractualisation État-Région.

Elisabeth Borne a par ailleurs insisté sur la volonté du gouvernement :

  • de soutenir activement le développement de l’auto-partage et du covoiturage dans les territoires ruraux : au sein de la DSIL (Dotation de Soutien à l’Investissement Local), 500 millions € seront alloués aux collectivités qui mèneront des projets en ce sens ;
  • d’intégrer les ports de Brest, Roscoff et Saint-Malo aux corridors européens pour assurer leur avenir dans la perspective du Brexit.

Toutes et tous, en Finistère et en Bretagne, nous pourrons donc constater les effets concrets et rapides des actes qui suivent les choix : avec mes collègues députés bretons, nous nous attachons d’ores et déjà à suivre leur réalisation dans nos territoires, en veillant à ce que des conditions optimales pour l’ensemble des parties prenantes soient respectées.

À Quimper, le Président de la République Emmanuel Macron avait annoncé un effort sans précédent sur les infrastructures bretonnes de transports.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*