Un port à l’embouchure de l’Aulne

 

La première édition de « La rade en fête » a été l’occasion d’inaugurer le port de Térénez, à Rosnoën.

Dix jours de fête pour mettre la rade en lumière, naviguer sur une mer intérieure entre l’étroit goulet, les îlots ras sur l’eau, les côtes escarpées et les méandres fluviaux.

Le port est situé dans un endroit magique, à l’embouchure de l’Aulne, face à l’abbaye de Landévennec, au cimetière de bateaux et à l’île de Térénez et ses oiseaux. 

Avec une soixantaine de mouillages rapidement occupés, la cale de mise à l’eau, le ponton et sa passerelle pouvant faire face à un marnage de sept mètres, ce petit port a vu le jour en s’appuyant sur une ancienne friche militaire.

L’ensemble du site, voirie et station de traitement des eaux comprises, a été établi selon les normes littorales les plus exigeantes. 

L’investissement financier est important pour la communauté de communes, contribuant à hauteur de 60% à un coût total de presque 2,4 millions d’euros. La Région, le Département et l’État ont pris en charge la partie restante. Les financements croisés permettent de construire, de réhabiliter, d’aménager et d’équiper le territoire, pour répondre aux besoins des habitants et favoriser l’emploi local. 

Seules, les communes ne pourraient se permettre de concrétiser de telles réalisations.

Le site dispose d’un potentiel économique et touristique évident. De nouvelles activités pourraient être accueillies dans les tunnels encore libres, ancienne zone de stockage des munitions de l’OTAN. La Brasserie du bout du monde en occupe déjà deux. L’ancienne maison du garde pourrait être aménagée en gîte, des activités nautiques se développer et on peut même envisager que le port devienne une escale de bateaux à passagers entre Brest et Port-Launay.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*