Emploi et handicap, la volonté de faire plus

Le premier colloque « Handicaps et travail , regards croisés européens» s’est tenu à Brestdurant deux journées avec la participation de près de mille personnes venant de plusieurs pays d’Europe.

Ce projet est né de la volonté partagée de sept associations finistériennes(APF, Kan ar Mor, Ladapt, La Mutualité 29/56, Les Genêts d’Or, Les Papillons blancs du Finistère et Sevel Services), en collaboration avec l’association européenne Arfie, sous le haut patronage du Parlement européen.

La question du handicap fait partie du débat public depuis la fin de la Première Guerre mondiale, avec les difficultés des blessés et infirmes à retrouver du travail.

Selon les données du ministère du Travail publiées en mai 2017, 2,7 millions de personnes de 15 à 64 ans déclarent bénéficier de la reconnaissance administrative d’un handicap ou d’une perte d’autonomie. Seulement 43% de ces personnes sont actives.

Les personnes en situation de handicap subissent deux fois plus le chômage que les personnes valides. A noter également que 80% des personnes concernées ont un handicap invisible.

Face à ces constats, le gouvernement a décidé de faire de l’inclusion une priorité afin de réduire l’écart entre le taux de chômage des personnes handicapées et celui des personnes valides. Il souhaite faciliter l’embauche et le maintien en emploi des personnes handicapées par les employeurs publics et privés.

Certaines cachent d’ailleurs leur handicap à leur employeur, qui pour certains sont encore réticents à les embaucher, alors que ce public apporte bien souvent autant de compétences et de motivation.

Des tables rondes de professionnels, des vidéos, des témoignages de personnes en situation de handicap, des interventions de professeurs des universités ou encore de chefs d’entreprise ont bien montré que les solutions sont à adapter aux besoins de chaque personne, des passerelles sont à imaginer et les projets doivent se construire en lien étroit avec la personne.

Les échanges entre acteurs venus de France et d’Europe mais aussi du Québec ont permis de partager des pratiques, les innovations et les savoir-faire en matière de travail, de formation initiale ou continue. 

Ces propositions viendront nourrir la réflexion quant à la volonté affichée par Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat en charge des personnes handicapées, d’augmenter le niveau de qualification des demandeurs d’emploi et des salariés handicapés et de mieux accompagner et sécuriser les transitions entre l’Éducation et l’Emploi. 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*