Une mission parlementaire pour sortir du glyphosate

Une polémique autour de l’arrêt de l’utilisation du glyphosate persiste et témoigne d’un réel niveau de désinformation.

Notre position a pourtant permis de réelles avancées dans le respect de deux engagements :

  • Ne pas pratiquer de sur-transposition de dispositions européennes dans la loi française : il est donc cohérent que nous n’inscrivions pas dans la loi, à ce stade, un délai de trois ans pour la fin de l’utilisation du glyphosate alors que la norme européenne a été fixée à cinq ans grâce à l’action de la France ;
  • Toutefois, avec le Président de la République, nous voulons accélérer le mouvement en faisant en sorte qu’avec la mobilisation de tous les acteurs la France parvienne dans trois ans, sauf rares exceptions, à renoncer à l’utilisation du glyphosate.

Au-delà de l’avancée obtenue sur le plan européen, notre mobilisation doit continuer pour tenir cet objectif.

C’est pourquoi, je propose la constitution d’une mission parlementaire sur cet enjeu qui s’assurera de la progression des travaux nécessaires.

Par cette méthode, nous devons rappeler que nous avons non seulement réussi à faire bouger nos partenaires européens mais que nous parviendrons à un résultat qui, il y a quelques mois encore, était inenvisageable.

Je suis convaincu que cette démarche permettra d’avancer efficacement et d’associer le plus largement possible pour l’atteinte de nos objectifs.

EnregistrerEnregistrer

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*