Des précisions sur le volet agricole du grand plan d’investissement

Le grand plan d’investissement du quinquennat prévoit un de consacrer un volet conséquent au secteur agricole, agroalimentaire et forestier, réaffirmant le soutien singulier et prioritaire qui lui est consacré au cours du mandat.

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Travert en a récemment présenté les grandes lignes.

Les actions retenues s’articulent ainsi autour de trois axes.

2,8 milliards € pour la transformation de l’amont agricole et forestier, afin de :

    • Mieux répondre aux attentes des consommateurs, en faisant évoluer l’offre de produits, les pratiques de production et les processus de transformation ;
    • Regagner en compétitivité au niveau de l’amont ;
    • Permettre la transformation des modèles agricoles vers une multi-performance ;
    • Assurer le renouvellement des générations et l’installation de jeunes agriculteurs.

Grâce au soutien :

    • Aux investissements dans les entreprises agricoles ;
    • Au changement des pratiques ;
    • À la méthanisation agricole ;
    • Aux investissements en forêt.

1,7 milliard € pour l’amélioration de la compétitivité de l’aval agricole et forestier, afin de :

    • Permettre l’investissement et innovation nécessaires au secteur agroalimentaire, pour gagner en compétitivité face à la concurrence internationale, regagner des parts de marché en France et à l’export, et faire évoluer son offre produit pour mieux répondre aux attentes des consommateurs ;
    • Faciliter l’émergence de projets nouveaux et l’accélération de la modernisation des outils existants de l’aval forestier.

Grâce au soutien :

    • À la montée en gamme de l’aval agricole ;
    • À la modernisation de l’aval forestier.

500 millions € pour l’innovation et la structuration des filières, afin de :

    • Conforter le rôle majeur des PME françaises dans la croissance économique nationale ;
    • Soutenir le nécessaire effort de recherche, développement et d’innovation pour la transformation des filières, afin d’accélérer la montée en gamme des productions, proposer des réponses aux transitions climatique et écologique, répondre aux besoins sociétaux d’une meilleure alimentation, et tirer bénéfice de la transition numérique ;
    • Poursuivre l’essentielle adaptation des outils de production et de l’organisation logistique des filières agricoles et agro-alimentaires, afin de gagner en compétitivité et mieux répondre aux attentes des consommateurs.

Grâce :

    • À un concours d’innovation ;
    • Au soutien aux projets d’innovations collaboratives et territoriales ;
    • Au soutien aux investissements structurants dans les filières.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*