L’exigence qualité de la restauration publique

Mickaël Kerneis, maire de Rosnoën ; L’exploitation des Le Roux ; Le potager d’Antoine.

L’Agores (Association des responsables de la restauration publique territoriale) organisait une réunion d’échanges d’expérience et de réflexion partagée à Rosnoën.

L’association s’appuie sur les initiatives prises par les collectivités locales adhérentes en mettant à disposition des outils et une charte qualité pour donner de la cohésion aux politiques locales.

Elle s’engage pour une restauration sociale à la hauteur des enjeux de santé publique, d’éducation au goût et à l’alimentation autant que les valeurs de convivialité et de partage autour d’un bon repas, vecteur d’intégration et de socialisation.

Dès sa création en 1986, Agores œuvre pour la professionnalisation des personnels de la restauration publique, contribuant à améliorer la qualité du service et son image.

La matinée s’est déroulée autour de partage d’expériences sous la forme d’ateliers sur les enjeux de la pause méridienne, « un temps pour bien manger et pour apprendre à goûter à tout », les missions des personnels d’encadrement et les conditions de réussite : réguler le bruit, obtenir le calme (accès par petit groupe, intégrer les enfants dans le service), développer l’autonomie, reconnaître les actions positives.

Un second atelier abordait le thème des marchés réservés, un outil juridique pour développer les achats locaux et les partenariats entre restauration et ESAT.

La thématique de la réduction du gaspillage alimentaire était également au menu.

La commune de Rosnoën s’est largement engagée dans ces démarches depuis le début de l’année scolaire.

Elle a opté pour le retour en régie directe pour son service de restauration en souhaitant privilégier la qualité, le projet de service et l’ancrage territorial pour les approvisionnements.

Les repas sont désormais préparés par une cantinière et servis directement dans l’assiette, avec des produits issus de l’agriculture biologique et/ou durable et surtout en circuit court ! L’enfant peut ainsi savoir ce qu’il mange, d’où viennent les aliments, comment ils sont produits et enfin lutter contre le gaspillage.

L’après-midi était consacré à la visite de la ferme de Monsieur et Madame Le Roux, éleveurs de vaches laitières et bovins viande en bio et du jardin potager d’Antoine, situés à quelques kilomètres de l’école. Ces exploitations approvisionnent la cantine de la commune et entretiennent des liens resserrés avec les élus. Les enfants devraient pouvoir, eux aussi, aller à la rencontre des producteurs très prochainement.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*