L’Assemblée nationale adopte le nouveau pacte ferroviaire

 

Nous avons adopté aujourd’hui la loi réformant notre système ferroviaire.

Votée en 2016, l’ouverture à la concurrence du transport national de voyageurs sera effective fin décembre 2018.

Ni privatisation, ni suppression des « petites lignes » ne sont à l’ordre du jour. Il s’agit en revanche de saisir cet impératif comme une opportunité et de :

    • Transformer la SNCF en société nationale à capitaux 100 % publics dès 2020 ;
    • Maintenir le statut pour celles et ceux qui en bénéficient aujourd’hui et recruter les nouveaux arrivants en CDI ;
    • Préserver le « sac à dos social » (garantie de l’emploi, rémunération, retraite…) des cheminots qui seront transférés vers une entreprise privée, sur la seule et unique base du volontariat ;
    • Aboutir à une convention collective forte qui protégera l’ensemble des cheminots travaillant sur le réseau ;
    • Investir 36 milliards € sur dix ans, soit 10 millions € par jour.

Alors que la ministre des Transports Elisabeth Borne et le ministre de la Transition écologique et solidaire Nicolas Hulot, viennent d’annoncer un plan de relance du fret ferroviaire, ce projet de loi signe une étape décisive et inédite pour les mobilités en France : des cheminots protégés et des trains plus nombreux, à l’heure et moins chers.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*