Un plan pour soutenir la mobilité des apprentis en Europe

Le député européen Jean Arthuis a remis la semaine dernière un rapport sur les moyens de développer la mobilité européenne des apprentis.

Décliné autour de 16 propositions à mettre en œuvre au niveau national mais également européen, il vise à lever les obstacles au développement de l’Erasmus de l’apprentissage.

Alors que le Conseil régional de Bretagne a adopté en octobre dernier un Plan breton de développement de l’apprentissage, dans la continuité des actions déjà menées, la ministre du Travail Muriel Pénicaud a d’ores et déjà retenu cinq propositions, dans l’optique de la grande réforme de la formation professionnelle qui sera lancée au printemps :

    • Sécuriser l’apprenti pendant la mobilité en lui permettant d’être autonome financièrement et en lui garantissant sa couverture sociale pendant la mobilité ;
    • Garantir la réciprocité en améliorant les conditions d’accueil pour les apprentis étrangers ;
    • Reconnaître, pour l’obtention du diplôme, les périodes de formation à l’étranger, comme c’est déjà le cas pour les étudiants ;
    • Transférer la responsabilité de l’apprenti à l’entreprise d’accueil ;
    • Sécuriser et augmenter les crédits Erasmus dans la prochaine négociation sur le cadre financier européen. Car si c’est une condition insuffisante, c’est une condition indispensable au renforcement de la mobilité européenne.

Pour consulter le rapport de Jean Arthuis, cliquez ici.

EnregistrerEnregistrer

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*