Du pouvoir d’achat en plus dès 2018

L’Assemblée nationale a adopté définitivement la Loi de Finances pour 2018 caractérisée par plusieurs grandes mesures fiscales, dont la bascule des cotisations salariales chômage et maladie sur la Contribution sociale généralisée (CSG).

Cette mesure répond à un engagement fort du Président de la République et du Gouvernement de baisser le coût du travail dés 2018 et de revaloriser ainsi le pouvoir d’achat des travailleurs.

La hausse de la CSG de 1,7 point est la contrepartie de la perte de recettes de 17,7 milliards d’euros pour l’assurance maladie et l’assurance chômage.

À la différence des cotisations, la CSG pèse sur toutes les catégories de revenus et permet ainsi une mise à contribution plus forte des revenus de l’épargne et du capital pour financer notre protection sociale.

Cette mesure se traduira en effet par un gain de pouvoir d’achat pour l’ensemble des salariés du privé et pour 75 % des indépendants, soit 7 milliards d’euros de pouvoir d’achat aux actifs. La hausse de la CSG sera totalement compensée pour les indépendants et pour les agents publics.

Concernant les retraités, soumis au taux normal de CSG, ils verront leur taux augmenté de 1,7 point mais sans pour autant bénéficier de la réduction des cotisations auxquelles ils ne sont, par définition, pas assujettis. Ainsi, leur participation au financement de la protection sociale sera renforcée.

Celle-ci est est un enjeu de solidarité entre les générations dans la mesure où il a été calculé que le revenu perçu par un couple d’actifs avec enfants à charge produit un niveau de vie plus faible que le même revenu dans un couple de retraités sans personne à charge.

S’agissant des retraités ou des personnes bénéficiant d’une pension d’invalidité, les 40 % les plus modestes ne seront pas concernés par la hausse de la CSG.

En effet, qu’ils soient exonérés (environ 4 millions de pensionnés) ou soumis à un taux réduit de 3,8 % (environ 1,8 million de pensionnés), ils resteront préservés de toute augmentation. Plus clairement, ceux dont le revenu fiscal de référence est inférieur à 1200€ par mois, soit une pension nette mensuelle de 1300€ (et même 1400€ pour les plus de 65 ans) ne seront donc pas impactés par cette mesure.

Pour 60 % des retraités, la CSG passera de 6,6 % à 8,3 %.

Par ailleurs, les retraites ont été revalorisées de 0,8 % au 1er octobre 2017.

Certains de ces retraités pourront, si leurs revenus sont inférieurs ou égaux à 2 500 euros nets par personne et par mois, voir leur augmentation de CSG compensée par l’exonération de la taxe d’habitation qui sera mise en place progressivement à compter de 2018.

En définitive, c’est près de 80% des foyers qui seront progressivement dispensés du paiement de la taxe d’habitation au titre de leur résidence principale et qui verront ainsi leur pouvoir d’achat augmenter.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*