Station expérimentale de Trévarez : la recherche au service du métier d’agriculteur

Avec Jean-Hervé Caugan, Pascal Le Cœur et Jean-Claude Gouiffès

Accompagné de Jean-Claude Gouiffès, Maire de Saint-Goazec, et de son équipe municipale, nous nous sommes rendus vendredi dernier à la station expérimentale de Trévarez, station laitière des Chambres d’agriculture de Bretagne.

Jean-Hervé Caugan, Président, et Pascal Le Cœur, directeur, nous ont présenté les activités et objectifs de la structure.

Créée il y a une quarantaine d’année et s’inscrivant désormais dans une démarche bas carbone, l’exploitation est intégrée au sein d’un programme international de recherches.

Elle travaille ainsi autour de trois axes : la compétitivité, l’environnement et l’anticipation des évolutions du métier d’agriculteur.

De nombreuses expérimentations sont menées et permettent de véritables améliorations des pratiques, qui s’appliquent concrètement dans le quotidien des agricultrices et des agriculteurs.

Trois troupeaux, pour un total de 190 vaches dont 70 en élevage biologique, sont étudiés tout au long de l’année autour de trois systèmes de production, du productif conventionnel au biologique herbager et pâturant.

Ce dernier bénéficie même d’un robot de traite mobile, qui offre une plus grande autonomie du troupeau pâturé.

Des essais sont réalisés sur l’alimentation et la conduite d’élevage, le logement, la production et la conservation des fourrages, l’élevage des génisses, l’efficacité environnementale des techniques de production et les nouvelles technologies au service de l’élevage.

Des tests sur les amplitudes horaires entre deux traites ont par exemple été menés, alors que la station travaille actuellement sur les alternatives au soja, grâce à l’utilisation de protéagineux comme la féverole dans l’alimentation du cheptel.

La nourriture des jeunes veaux fait également l’objet de recherches précises : le lait yaourtisé permet de ne les nourrir qu’une fois par jour, en froid, et d’utiliser le colostrum des premiers laits de la vache. Le maïs grain entier est ensuite testé pour les bêtes plus âgées, en remplacement des aliments industriels.

Chacune de ces expérimentations fait l’objet de protocoles, de mesures et de bilans pointus au regard des trois axes de travail de l’établissement.

La station a accueilli plus de 3 000 visiteurs en 2016 et forme chaque année plusieurs dizaines de stagiaires.

Singulière dans sa forme, remarquable par la pertinence et la précision des études qu’elle fournit, la station expérimentale possède tous les atouts pour devenir un pôle de compétences recherche et formation.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*