Le développement de la pisciculture en Centre Bretagne : des projets à l’étude

La sous-préfecture de Châteaulin réunissait le 13 décembre dernier les acteurs impliqués dans le projet de réindustrialisation du site agro-alimentaire, Moulin Conval, laissé vacant par Marine Harvest Kristen sur la commune de Poullaouen.
La convention de revitalisation économique du territoire touche à sa fin mais l’avenir du site n’est pas encore décidé. Pour deux des trois parties du site, un projet de pisciculture innovante est à l’étude et permettrait de redynamiser le territoire.
La truite représente 75 % de la production piscicole française et le marché de la truite fumée est en pleine croissance, notamment celle produite en France reconnue pour sa qualité. En Bretagne, ce sont près de 7000 tonnes de truites qui sont produites chaque année grâce à la qualité de ses rivières et son climat tempéré. De plus, les salmonidés destinés à la consommation sont majoritairement transformés en Bretagne.
L’étude de faisabilité de cette activité a été menée à la demande des services de l’État et a notamment mis en évidence les aspects environnementaux liés au projet en fonction des seuils de production.
Traditionnellement, les piscicultures sont alimentées en eau de rivière en continu, dans un système ouvert. Grâce aux avancées technologiques des dernières années, il existe aujourd’hui des systèmes de pisciculture en recirculation.
Les infrastructures qui existent sur le site pourraient permettre d’envisager cette reprise d’activité grâce aux ressources en eau de forage et de rivière.
Les services de l’État, de la Région et de l’Agence de l’eau seront impliqués pour déterminer les impacts du projet sur l’environnement et les conditions d’acceptation du milieu.
Plus largement, il s’agit d’étudier si le développement d’un modèle de pisciculture innovant et de qualité est possible en Bretagne, s’il pourra être dupliqué et rentable à long terme.
Il paraît essentiel d’accompagner les porteurs de projet du mieux possible afin de favoriser le développement économique de notre territoire, tout en garantissant que le modèle choisi respecte la protection du milieu.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*