Confiance et simplicité : une nouvelle relation de l’État avec les citoyens

Au coeur de la transformation de notre société portée par Emmanuel Macron, l’État doit revoir le rôle central qu’il joue au service des citoyens.

Gérald Darmanin, ministre de l’Action et des Comptes publics, a ainsi présenté le week-end dernier le projet de loi « Pour un État au service d’une société de confiance », auquel les députés du groupe La République En Marche ont également largement contribué.

Cette réforme s’articule autour de deux piliers : la confiance et la simplification.

La confiance s’incarne concrètement dans l’instauration d’un droit à l’erreur pour toutes et tous, qui vient de ce fait modifier profondément la relation entre les administrations et les citoyens.

Nous avons besoin d’une administration qui conseille avant de sanctionner, qui soutient et libère plutôt que d’empêcher, qui simplifie plutôt que de complexifier.

Faire simple représente en réalité la suite logique de la nouvelle confiance instaurée.

Nous choisissons ici d’agir sur les causes, car complexité, manque de lisibilité et surabondance de la norme créent les erreurs.

Nous voulons faciliter le parcours des usagers, en prévoyant un référent unique, en revoyant les horaires d’ouverture des administrations, en allégeant les démarches au quotidien.

L’évolution voulue dans ce projet de loi relève autant d’un changement de pratiques que d’un changement de philosophie, c’est le fondement de cette relation nouvelle entre l’État et les citoyens. 

Retrouvez le détail des mesures en cliquant ici.

EnregistrerEnregistrer

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*