À Plougastel-Daoulas, l’exposition « Écoute voir » met en lumière les habitant.e.s de la presqu’île

Alexia Guignard et Jean-François Tilly ont recueilli les témoignages de six habitant.e.s de Plougastel-Daoulas et les ont photographié.e.s sous forme de portraits.

Les entretiens de plus de deux heures, ont permis d’évoquer en profondeur le récit de leur vie parfois ponctuée de longs voyages, le Maroc, le Yémen et même l’ Asie du Sud Est mais aussi de raconter ce qu’est leur vie aujourd’hui, seul.e ou en couple.

A travers leur histoire, ils parlent aussi de la mémoire collective de la presqu’île depuis la seconde guerre mondiale.

L’exposition a été construite en son et en images et se répartit sur plusieurs lieux de la commune, pour inviter les visiteurs à la parcourir au travers d’espaces publics mais aussi de lieux de vie civique : la médiathèque, la maison de la solidarité, le musée de la fraise, la mairie et la maison de retraite.

Les habitant.e.s ont construit la scénographie en prêtant leurs photos, leur mobilier, des objets illustrant leur histoire, des articles de journaux, des prix reçus. Chaque salon est donc personnalisé et les paroles proposées sont rythmées par de la musique spécialement créée à cette occasion.

Le projet a été porté par l’association « Détour » qu’Alexia Guignard a créée, et dont l’objectif est de présenter des questionnements sociaux sur l’espace public.

Il se veut collaboratif et participatif en mettant au centre les personnes interviewées mais aussi les différents acteurs des lieux qui accueillent l’exposition, le Centre Communal d’Action Social (CCAS), ainsi que l’Astérie qui a permis la rencontre avec les habitant.e.s.

Ce travail souhaite également aborder la question du vivre ensemble, qui fait écho à la semaine bleue qui se déroule en ce moment, et dont le thème choisi cette année est « À tout âge faire société ».

Il s’agit d’envisager le vieillissement de manière décloisonnée et de repenser ce principe de vivre ensemble quel que soit l’âge.

D’autres réalités existent aussi et notamment celle du vieillir à domicile, accompagnées parfois d’un sentiment de solitude. Jean-François Tilly rappelle qu’une enquête récente a montré qu’un quart des personnes interrogées de plus de soixante ans, soit près de 7 millions de personnes en France, souffriraient de ce sentiment d’isolement social et familial, lit de la dépression et de la perte d’autonomie.

Cette exposition nous entraîne hors de l’espace et du temps en montrant que les personnes âgées ont une vie active, des souvenirs à partager et une richesse à transmettre.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*