Promesse tenue

L’Assemblée nationale adopte des mesures pour rétablir la confiance dans l’action politique.

Hier soir, après des semaines de débats, parfois passionnés, l’Assemblée nationale a adopté les projets de loi visant à rétablir et renforcer le lien de confiance entre les citoyens et leurs représentants.

Avec tous mes collègues du groupe de La République en Marche, j’ai eu à cœur d’honorer les engagements que j’ai pris devant les Finistérien.nne.s lors de ma campagne législative mais aussi devant les Français.e.s.

C’est sans sectarisme et dans une démarche constructive avec nos collègues d’oppositions que nous avons travaillé, en Commission et dans l’Hémicycle, à construire ce nouveau socle de la confiance retrouvée.

Rétablir la confiance par la transparence

Nous avons décidé de mettre fin aux réserves parlementaire et ministérielle, dont l’utilisation était bien souvent opaque, ou entachée de suspicion de clientélisme. Cette cagnotte avait tendance à réduire le rôle du député en circonscription à un simple financeur de projets alors que celui-ci doit avant tout être au contact, à l’écoute des habitants et répondre à leurs préoccupations.

L’indemnité représentative de frais de mandats (IRFM) est également supprimée, remplacée par un fonctionnement sous forme de notes de frais ou d’avance sur justificatifs, avec tenue d’une comptabilité. Il nous est apparu nécessaire de faire toute la lumière sur l’utilisation d’argent public par les parlementaires, et de pouvoir conserver une traçabilité sur les dépenses engagées.

Rétablir la confiance par l’exemplarité

Désormais, la peine complémentaire d’inéligibilité sera inscrite au casier judiciaire (de type B2) pendant toute la durée de la peine. Il sera donc impossible d’être candidat à une élection avec un casier judiciaire. Cette nouvelle exigence de probité est indispensable pour endiguer la défiance grandissante des citoyens envers leurs élus.

Afin de nous prémunir de tout conflit d’intérêts et du poison du soupçon, les députés et leurs collaborateurs ne pourront plus exercer d’activités de lobbying en parallèle de leurs responsabilités politiques. Cette mesure de bon sens protégera la sincérité de l’action et des votes des parlementaires.

Certains comportements, autrefois courants, ne sont aujourd’hui plus acceptés par nos concitoyen.ne.s. La remise en question était donc nécessaire pour être à nouveau en phase avec les attentes de chacun.e.s. C’est pourquoi les emplois familiaux seront désormais interdits.

Nous concrétisons ainsi par ces mesures nos engagements. Nous l’avions promis, nous l’avons fait. Et dès la rentrée, nous serons à nouveau au travail, pour transformer le pays en profondeur.

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*