Un contrat de réciprocité « ville-campagne » entre Brest métropole et le Pays du Centre Ouest Bretagne

img_blog_baylet(L’intervention du Ministre Jean-Michel Baylet et la signature du contrat de réciprocité avec les différents partenaires et les élus présents)

Vendredi dernier, à Plonévez-du-Faou, j’ai assisté aux côtés de Jean-Michel Baylet, Ministre de l’Aménagement du territoire, de la Ruralité et des Collectivités territoriales, à la signature du premier contrat de réciprocité « ville-campagne » au niveau national.

En présence de François Cuillandre, Président de Brest Métropole, de Daniel Caillarec, Président du Pays COB, et de nombreux élus, le Ministre a souligné l’importance de cette complémentarité et la qualité des actions ciblées par ce contrat.

C’est en mars 2015 que le comité interministériel a décidé d’expérimenter les contrats de réciprocité « ville-campagne » entre des communes et des intercommunalités. Brest Métropole et le Pays COB font ainsi partie des quatre territoires volontaires retenus (Métropole de Lyon-Pays d’Aurillac, Métropole de Toulouse-Massif des Pyrénées…).

Le terme « contrat » est ici à prendre au sens d’accord de partenariat et non dans une acception strictement juridique. Ces contrats n’apportent pas d’aide financière spécifique ; ils visent à valoriser des projets fédérateurs entre deux territoires.

C’est en décembre 2015 que le protocole de coopération territoriale a été signé, à Brest. Brest Métropole est un territoire urbain de 200 000 habitants (une population assez jeune avec beaucoup de cadres), tandis que le Pays COB, agricole, qui compte deux fois moins d’habitants et une centaine de communes, voit l’emploi productif reculer.

Le contrat de réciprocité cherche à tirer parti de cette complémentarité. Pour ce faire, début 2016, les représentants des collectivités, organisés en groupes de travail, ont fait émerger trois grands enjeux de coopération :

  • En matière d’économie et d’insertion, les profils des deux territoires étant contrastés, des synergies peuvent être mises en œuvre. Par exemple, l’ouverture maritime de Brest peut favoriser l’exportation de la production du Pays COB.
  • Pour ce qui est de la santé, de la culture et des services, il apparaît clairement que la métropole est dotée d’infrastructures complètes, auxquels les Bretons du centre doivent pouvoir accéder facilement, eux qui ont du mal à maintenir une offre de soins suffisante sur leur territoire. La métropole y gagne aussi en s’assurant un niveau d’activité de ses services.
  • Troisième domaine : l’énergie et l’environnement. Ces deux territoires labellisés Territoires à énergie positive et pour la croissance verte peuvent coopérer sur la filière bois-énergie, l’assainissement, la performance énergétique.

Au-delà de ces pistes, un dialogue pérenne s’engage pour développer l’interconnaissance et le partage d’expérience entre les deux territoires. Les Présidents Caillarec et Cuillandre ont d’ailleurs bien précisé dans leurs interventions que cette signature n’était qu’un point de départ et non un aboutissement.

Enfin, Jean-Michel Baylet a également insisté sur l’attention particulière portée par le gouvernement aux territoires ruraux et conclu en félicitant les deux territoires pour l’exemplarité de leur démarche.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*