Evolutions au centre de secours de Saint-Goazec

dsc_0914

Mardi 29 novembre, le centre d’incendie et de secours (CIS) de Saint-Goazec conviait Jean-Claude GOUIFFÈS, maire, et d’autres élus locaux à une présentation de ses activités, en présence du lieutenant-colonel Renaud QUEMENEUR, chef du groupement territorial de Morlaix.

Ces réunions biannuelles organisées dans les CIS sont destinées à assurer le dialogue et une compréhension mutuelle optimale en matière de sécurité civile dans les communes.

Notre département peut compter sur le dévouement de 459 sapeurs pompiers professionnels et près de 2200 volontaires. À Saint-Goazec, ils sont 9 hommes et 3 femmes. Maintenir cet effectif est un travail de tous les jours.

Au plan départemental, le renouvellement des systèmes de transmission a été lancé, avec un budget de 4 millions d’euros (ANTARES). Une révision du Schéma départemental d’analyse et de couverture des risques (SDACR) a permis de reconnaître la commune de Saint-Goazec en zone rouge pour les feux de forêt, dans une bande centre-finistérienne.

Enfin, les réseaux sociaux ont été investis et une série d’interventions dans les établissements scolaires est en préparation pour entretenir les vocations.

89 interventions avaient été recensées en 2015, déjà 149 cette année, qui n’est pas tout à fait achevée. Une telle activité témoigne de la qualité de l’équipement désormais à la disposition des sapeurs-pompiers, qui font également montre d’une impressionnante motivation, affichant un total de 36 000 heures de disponibilité.

Les deux tiers des interventions relèvent du secours à la personne. 50 % d’entre elles se faisant désormais à l’extérieur de la commune, on en déduit l’excellente collaboration qui se crée avec les CIS voisins, en particulier Châteauneuf-du-Faou et Spézet.

C’est un véritable travail collectif qu’il faut saluer, où chacun a sa place et son rôle. C’est aussi pour cela que, dans un avenir proche, le CIS va devoir passer le cap du départ à la retraite de l’adjudant Didier MORVAN, chef de centre, après 43 ans de service.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*