Des médecins militaires correspondants du SAMU : une première nationale pour l’urgence vitale en Presqu’île

20160518_crozon

J’étais cet après-midi à Crozon pour sceller l’aboutissement d’une démarche totalement inédite. En effet, en Presqu’île, nous sommes à la pointe de la France et aujourd’hui de l’innovation, avec la signature d’une convention bien spécifique : il s’agit d’une première nationale.

J’ai présenté cette convention aux côtés du Médecin général des Armées, du Directeur général de l’Agence Régionale de Santé, du Directeur général du CHRU de Brest et des élus.

C’est une première en France dans le sens où le dispositif de médecin-correspondant SAMU va trouver sa première réponse par l’investissement de cinq médecins militaires.

Depuis de nombreuses années, de manière récurrente, la question de la prise en charge des urgences sur ce territoire interrogeait les responsables publics et insécurisait la population.

Chaque débat électoral était d’ailleurs l’occasion de propositions pour que soient assurés les premiers soins en attendant l’arrivée de services d’urgence.

En décembre 2014, le décès brutal d’un concitoyen, membre de l’association Kador, a suscité une très grande émotion et mobilisé par voie de pétition plus de 4 000 habitants.

Les services du CRHU de Brest, de l’ARS, de la Sous-Préfecture de Châteaulin se sont vigoureusement mobilisés : j’ai participé, notamment avec M. Louis Ramoné, alors Conseiller général, à de nombreuses réunions de travail.

J’ai également saisi le Ministre de la Défense, M. Jean-Yves Le Drian pour faire valoir l’intérêt qu’il y aurait à faire bénéficier la population de la Presqu’île de Crozon, de la compétence des médecins militaires.

J’écrivais alors au Ministre, que non seulement la contractualisation entre le service de santé des armées et l’ARS répondrait aux besoins de la population locale mais s’inscrirait pleinement dans le projet du Ministère qui vise notamment à accroître la coopération entre le secteur civil de santé et les acteurs militaires de la santé.

Dans sa réponse, le Ministre m’écrivait sa détermination pour que finalement aboutisse la convention que nous avons signée aujourd’hui.

Dans une période où il est de bon ton de dénigrer l’action publique, je veux souligner combien sont ici pris en compte les besoins du territoire, combien la démarche citoyenne et l’engagement des élus ont été respectés et combien la décision politique a pu être positivement éclairée par le travail de tous les services concernés.

J’exprime ici notre reconnaissance à l’égard de tous les acteurs de ce chantier concret et complexe, au service de la santé publique et de la protection de nos concitoyens.

Notre objectif est qu’il existe une prise en charge de l’urgence vitale en Presqu’île de Crozon qui se situe à plus de trente minutes d’une SMUR.

La présence des militaires étant intimement liée à la vie de la Presqu’île de Crozon, je me réjouis que ces liens se renforcent par ce nouveau déploiement de service public qui va très concrètement améliorer la vie, la sécurité et le sentiment de sécurité de la population.

Cette démarche est une première étape très significative qui devrait inciter plus encore les professionnels de santé civils à améliorer et à amplifier la mise en place de ce dispositif d’urgences en dialogue avec l’Agence régionale de santé.

Les soldats de la Santé deviennent également, en Presqu’île de Crozon, les sentinelles de la Santé publique, nous les en remercions. C’est pourquoi je me félicite de cette avancée, pour toutes et pour tous.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*