Presqu’île de Crozon, espace remarquable de Bretagne

img_crozon_ERB_140923
(Avec Pierre Maille, Président du Conseil général du Finistère, Daniel Moisan, Président de la Communauté de communes, Thierry Burlot, Vice-Président du Conseil régional de Bretagne et Daniel Créoff, Président du Parc naturel régional d’Armorique)

J’ai participé à l’inauguration de la Réserve naturelle régionale de la presqu’île de Crozon. Cet espace riche de 27 sites géologiques, littoraux pour la plupart, devient officiellement labellisé « Espace remarquable de Bretagne ».

Il rejoint ainsi 7 autres sites¹ reconnus par le Conseil régional qui concourt activement, par ses politiques environnementales, à la préservation et la valorisation du patrimoine naturel de la Bretagne.

Résultat d’une histoire géologique vieille de 550 millions d’années, le rivage de la presqu’île de Corzon est découpé dans un « mille-feuille » de roches sédimentaires, ce qui en fait un site d’une géodivesité d’importance nationale.

Entre terre et mer, ce vaste espace s’étend sur 157 hectares et 7 communes est un véritable musée à ciel ouvert qui invite à remonter dans le temps.

Entouré notamment du Président de Conseil général du Finistère et du vice-Président de la Région chargé l’environnement et de l’aménagement du territoire, j’ai pu apprécier ce patrimoine d’exception, du rivage et à l’oeil nu, grâce aux commentaires avisés des chercheurs de l’Université de Bretagne Occidentale et de la Maison des minéraux.

Les enjeux sont multiples autour de cette nouvelle réserve naturelle : protection du territoire, de la faune et de la flore, mise en valeur du patrimoine, débouchés scientifiques, développement local et touritique… autant de missions dont la Communauté de communes de la presqu’île s’acquittera en partenariat avec la Région.

Mais comme souvent, s’il est utile de souligner l’action positive des politiques publiques, il est tout aussi important de rappeler l’implication quotidienne des forces vives (associations, citoyens, chercheurs, propriétaires) sans lesquelles de tels projets ne sauraient voir le jour.

1. Les marais, tourbières et landes deLan Bern et Magoar-Pen Vern ; les landes et tourbières du Cragou-Vergam ; le marais de Sougeal ; le sillon de Talbert ; l’étang du Pont de fer ; les étangs du petit et du grand Loc’h ; les landes de Monteneuf.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*