Le mi-centenaire de l’union démocratique bretonne (UDB) : Frankiz, Ingalded, Breudeuriezh !

un auditoire attentif et motivé à l’occasion des 50 ans de l’UDB.

Un auditoire attentif et motivé à l’occasion des 50 ans de l’UDB.

J’ai participé ce matin à Lorient au cinquantième anniversaire de l’union démocratique bretonne (UDB) où le Président du Conseil régional de Bretagne, Pierrick Massiot, m’avait demandé de le représenter.

Ci-dessous,le texte de mon intervention:

« Chers amis, chers camarades, Mesdames, Messieurs,

C’est pour moi un honneur autant qu’un plaisir que de vous transmettre le salut amical et le message d’amitié du Président Massiot, à l’occasion des 50 ans de l’UDB, son mi-centenaire, somme toute un bel âge.

Même si un anniversaire est avant tout une fête, je veux tout d’abord saluer la mémoire de Robert Pedron, qui a été trop tôt enlevé à l’amour des siens et à l’estime de tous ceux qui le connaissaient.

Robert faisait partie de ces interlocuteurs que l’on quittait avec le sentiment de s’être toujours enrichi après un échange ou un moment partagé avec lui.

Même dans la peine, les organisations politiques et la force des idées survivent à la disparition de ceux qui ont contribué à les rendre vivantes.Et l’UDB, par la voix de mes collègues Conseillers régionaux, porte haut et fort au Conseil régional de Bretagne ses engagements pour plus de décentralisation et de régionalisation.

Y aurait-il eu une contribution spécifique du Conseil régional de Bretagne au débat national sur la décentralisation sans l’action de l’UDB?

Rien n’est moins sûr,d’autant que seule la Bretagne a pris cette initiative.

La présence au sein de l’exécutif régional des élus de l’UDB donne des impulsions régulières à une conception singulière de l’exercice décentralisé des pouvoirs publics.

Le débat décentralisation/régionalisation s’inscrit aussi dans un questionnement plus vaste sur ce que doit être et devenir l’action publique dans une période de raréfaction des moyens publics.

Que soient posés en ce moment et en même temps, les enjeux de réanimation économique et de respiration démocratique de notre pays, met au défi de l’imagination et de l’innovation toutes les forces de gauche.

Dans ce contexte, la contribution de l’UDB sera précieuse et utile.

D’ores et déjà tous les progressistes qui siègent au Conseil régional de Bretagne ont adopté le 17 avril dernier le vœu déposé par le Président Pierrick Massiot visant à engager une démarche volontariste pour déblayer l’horizon vers une collectivité unique de Bretagne,à cinq départements.(…)

À  un moment où nous sentons tous que l’histoire s’accélère,je souhaite,au nom du Président  Massiot,longue vie à l’UDB qui n’aura sans doute pas à attendre son centenaire pour l’accomplissement de ses objectifs politiques…

L’Europe,la France et la gauche n’ont d’avenir que dans leur capacité à faire des différences entre les peuples, les cultures et les idées des richesses permanentes à nourrir chaque jour, en fidélité aux valeurs universelles. 

L’uniformité et le dogme sont les adversaires, et de la pensée et de l’efficacité.

Dans cette diversité, veillons, par le respect, à l’unité de la gauche, unité sans laquelle rien n’est possible.

Au cas où nous ne serions pas tous présents, ou disponibles, pour le centenaire de l’UDB, prenons date,en affirmant que tous les concepts, toutes les idées, les pires comme les meilleures, se portent dans toutes les langues….y compris Frankiz, Ingalded, Breudeuriezh ! 

Je vous remercie de votre accueil et de votre attention. »

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*