Avec les élus et les acteurs économiques de Haute-Cornouaille

(de gauche à droite : avec les élus et les responsables de Tamain Emballages, les ateliers de fabrication de L’Andouilllerie du Château, avec Bruno Perron, directeur général de la COPAB)

 

À l’invitation de Jean-René Joncour, Président, et aux côtés de la Conseillère générale, Henriette Le Brigand, je me suis rendu sur le territoire de la Communauté de communes de Haute-Cornouaille qui regroupe les communes de Châteauneuf-du-Faou, Collorec, Coray, Landeleau, Laz, Leuhan, Plonévez-du-Faou, Saint-Goazec, Saint-Thois, Spézet et Trégourez.

En début de matinée, une réunion de travail avec les maires et les élus communautaires a permis d’échanger sur les sujets d’actualité. La crise agricole et agroalimentaire, omniprésente dans les esprits, a justifié de nombreux échanges approfondis.

J’ai rappelé que la simultanéité des événements récents suscitait évidemment de nombreuses inquiétudes et donnait l’impression d’un « monde qui s’effondre », tout en rappelant que les licenciements annoncés chez Marine Harvest Kritsen, Tilly Sabco ou Gad relevaient d’histoires et de causes différentes.

J’ai précisé que le Pacte d’avenir pour la Bretagne était maintenant à construire et à travailler dans le calme afin de permettre l’assouplissement des réglementations agricoles dans le respect de l’environnement, de moderniser notre outil productif, d’encourager l’organisation des filières pour une meilleure solidarité entre l’amont et l’aval… ou encore d’améliorer nos infrastructures, de porter nos projets hydroliens et toute l’économie liée à la mer et à la pêche.

Nous avons aussi abordé les dérives liées au détournement de la « directive détachement » (lire à ce sujet l’article du blog Contre le dumping social et le travail « low cost ») qui touche directement trois secteurs essentiels : l’agriculture, la construction et les transports.

La réforme des rythmes scolaires, la loi ALUR, la réduction des dépenses publiques et leur impact sur les collectivités locales ont également fait partie des sujets évoqués avec les élus.

La suite de la journée fut consacrée à la visite de trois entreprises qui dans des domaines différents font preuve d’une belle vitalité malgré les difficultés économiques actuelles.

Créée en 1985, L’Andouillerie du Château fabrique toute une gamme d’andouilles de qualité dont la « Véritable andouille de Guémené ». Tous ces produits sont exclusivement fabriqués à la main et témoignent d’un savoir-faire précieux.

Tamain Emballages à Coray est spécialisé dans la fabrication d’une large gamme de caissettes et contenants ingraissables ou imperméables pour l’industrie agro-alimentaire (biscuiterie, boulangerie, viennoiserie…). L’entreprise s’est engagée depuis de nombreuses années dans une politique de développement durable afin d’optimiser toutes ses ressources.

Enfin, la COPAB à Saint-Thois est une coopérative de professionnels artisans du bois créée en 2004. La coopérative forte de plus de 200 adhérents (46 à l’origine !) et de 61 salariés a pour objectif de donner les meilleures conditions d’approvisionnement à tous les artisans, quelle que soit la taille de leur entreprise.

Ces trois entreprises, dans des domaines différents et très spécifiques, témoignent du dynamisme économique de notre territoire mais aussi de la capacité à préserver des savoir-faire, à innover et à développer de nouvelles formes de coopération.

Une journée riche d’enseignements et d’échanges au contact d’élus et d’entrepreneurs de la circonscription.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*