Unis face à la crise de l’agroalimentaire breton

Notre collègue Chantal Guittet a interpellé le Premier Ministre lors de la séance de questions au Gouvernement sur la situation des salariés de GAD et la crise de l’agroalimentaire breton, en associant les salariés de ce secteur, Gwenegan Bui, député de Morlaix, et moi-même.

« (…) Après un an de combat exemplaire des salariés, qui sont toujours restés dignes, non violents, respectueux de leur outil de travail, ces derniers paient les erreurs de gestion et de stratégies industrielles des dirigeants peu scrupuleux et qui ont oublié l’esprit fondateur des coopératives. Que propose la CECAB à ces salariés ?

1000 euros d’indemnité supra légale pour les trois premières années de présence puis 197 euros par an. Après 25 ans de travail, cela fait moins 6000 euros. C’est inadmissible !

Les salariés ont reçu une proposition de mobilité pour aller travailler en Roumanie, Hongrie, alors que dans le même temps quatre cars venus de pays de l’est sont arrivés pour travailler dans l’abattoir sauvegardé de Josselin. Comment peut-on justifier cela ?

Les salariés ne demandent qu’une  chose, monsieur le Premier ministre : continuer à travailler malgré les conditions difficiles de leur travail et la faiblesse de leur salaire.

La Bretagne et le Finistère vont mal. Gad, Marine Harvest, Tilly Sabco, Jean Caby, Doux et Boutet-Nicolas, toutes ces entreprises sont touchées par les licenciements.

Il y a urgence à prendre, dès maintenant, des mesures concrètes et dont les effets seront rapides.

Qu’allez vous faire monsieur le Ministre pour aider  les  salariés de Gad à retrouver un emploi et obtenir un plan social digne de ce nom ? Qu’allez-vous faire pour l’agriculture finistérienne et bretonne ? Les salariés vous écoutent monsieur le premier ministre et ils comptent sur des décisions rapides de votre gouvernement. »

 

Retrouvez ci-dessous la vidéo reprenant son intervention et la réponse apportée par le Ministre délégué à l’Agroalimentaire, Guillaume Garot :

 

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*