Saint-Coulitz : aux côtés des élus et des aviculteurs

(Aux côtés du maire de Saint-Coulitz et de son premier adjoint puis chez les aviculteurs installés sur la commune.)

Gilles Salaun, maire de Saint-Coulitz (commune rurale de 1200 ha et 450 habitants), située dans l’immédiate proximité de Châteaulin, m’avait convié à une réunion de travail sur  les projets communaux et à une rencontre avec les aviculteurs installés sur le territoire.

À son échelle, la commune voit sa population croitre rapidement et les projets de construction se multiplier.

Dans ce contexte, les élus communaux travaillent à l’élaboration d’un plan local d’urbanisme (PLU) avec pour objectifs de densifier l’habitat dans le bourg et de créer des lieux de convivialité pour prévenir toute évolution de type « petite cité dortoir ».

La volonté de créer des circulations douces entre les différents points de la commune reliées aux berges du Canal de Nantes à Brest, dont 7 km de rives sont situés sur la commune, est une priorité à laquelle s’ajoutent les projets de création d’espaces de pratiques sportives pour les plus jeunes notamment.

Autres chantiers d’importance : l’assainissement collectif, l’étude des zones humides et la protection des deux périmètres de captage d’eau.

Chez les aviculteurs de Saint Coulitz, la première question est directe : « M. le Député, y a-t-il un avenir encore pour nous et pour les jeunes qui voudraient prendre la suite ? Nous on n’y croit plus trop. »

Après avoir expliqué que les conseilleurs n’étaient pas les payeurs, j’ai dit ma confiance dans l’avenir de l’agriculture bretonne et singulièrement dans l’aviculture, puisque les marchés, les outils de travail et les savoir-faire existent.

Reste à obtenir la juste rémunération du travail, la diminution des contraintes administratives et la réorientation des aides européennes vers les filières d’élevage.

Sur ces bases à créer, nous convenons qu’un avenir est en effet possible : mais l’urgence est là et les aviculteurs ont clairement dit que leurs attentes étaient fortes, tant les incertitudes pèsent sur les exploitations actuelles mais surtout brident les jeunes dans leur désir de s’installer.

La feuille de route du Gouvernement et de sa majorité est écrite pour répondre à ces interrogations légitimes.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*