Double langage

Tout récemment, la ministre Nathalie KOSCIUSKO-MORIZET déclarait  une obligation de ramassage des algues vertes toutes les 24 heures sous peine de fermeture des plages restées souillées. Elle ne semblait pas craindre de faire ainsi partie des « intégristes » fustigés deux jours plus tôt par son « chef », le président SARKOZY, en visite à Crozon…

Dans un communiqué à la presse, le député Christian MENARD a estimé que cette contrainte imposée aux communes littorales représentait une « mission impossible » et « totalement irréaliste »

D’aucuns pourraient s’étonner que la décision d’une ministre d’un gouvernement UMP se trouve ainsi ouvertement critiquée par un parlementaire lui-même adhérent à l’UMP.

Or, une nouvelle fois, Monsieur MENARD exprime sur le plan local une position à l’inverse de ses votes à l’Assemblée nationale. A Paris, il approuve régulièrement les choix du gouvernement qu’il soutient mais, ici, il voudrait faire croire à une indépendance de pensée et de position… supposée électoralement plus fructueuse pour lui.

Il est regrettable de se moquer de la lucidité des citoyens et d’utiliser à des fins électorales un sujet qui malmène un si grand nombre d’acteurs directement concernés par la question des algues vertes.

Une intervention de Monsieur MENARD auprès du premier ministre afin d’accélérer au profit des communes concernées le versement de la contribution de l’Etat aux frais de ramassage des algues aurait été plus pertinente.

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*